cyndi lauper « the body acoustic »

 Résultat de recherche d'images pour "cyndi lauper "the body acoustic""
 

Ce disque (sa pochette surtout, Cyndi, passé la cinquantaine et rayonnante de sensualité dans sa red dress), il me narguait depuis plusieurs mois, perdu dans les bacs du magasin dans lequel je travaille cinq jours sur sept depuis la fin de l’année dernière. Et puis un jour, il y a une semaine environ, je l’ai mis en écoute dans le magasin et là…

Le premier morceau, « Money Changes Everything » (with Adam Lazzara aux backing vocals) ressemble à une de ces feel good songs de Springsteen qui font taper du pied en souriant, genre « Better Days », tellement américain dans le meilleur sens du terme. la voix de Cyndi est au top, les gueulantes sur al fin sont franchement classe, bref, ça commence fort. Ca aurait pu se gâter avec la suivante, vu le flow de Shaggy ici et là, mais non, ça passe bien et « All Through The Night » est une merveilleuse chanson douce amère sublimée par la belle qui pousse à nouveau la voix comme en 1983, exactement pareil en fait, ce qui est encore plus troublant. Arrive alors la reprise de « Time After Time » en compagnie de Sarah McLachlan, encore une tuerie à pleurer de bonheur tant c’est triste. Énorme, juste au delà de la critique. « She Bop » crée la surprise, ralentie, chantée à la guitare par la belle blonde, elle pose Cyndi Lauper au même niveau que les grands du folk contemporain. On se croirait dans Twin Peaks et c’est beau. Pour « Above The Clouds », une autre magnifique ballade toute mélancolique, c’est rien de moins que Jeff Beck qui vient jouer de la guitare en fond, donnant une légèreté toute surannée à ce morceau déjà bien aérien et intemporel. « I’ll Be Your River », chanté en compagnie de Vivian Green, elle aussi en retrait, remet en avant les aspirations jazzy de Cyndi Lauper, déjà assez évidentes sur ses précédents albums, même si ces derniers ont été plus confidentiels. Avec « Sister Of Avalon », on retrouve le côté festif et pagan de la belle, toujours bien entourée, puisque Ani DiFranco et à nouveau Vivian Green sont aux cœurs. Un titre qui donne une envie irrépressible, redécouvrir l’album éponyme paru au milieu des années 90 et en son temps vite oublié. Arrive l’entraînant « Shine » et l’on se rend compte qu’après huit chansons, il n’y a toujours rien de moyen sur cet album, bien au contraire, on touche au sublime intégral, le sans faute absolu. Ce n’est pas la nouvelle version de « True Colors » qui va stopper cette évidence, encore moins les posés « Water’s Edge » avec Sarah Mclahlan et « Fearless », le tout s’ordonnant dans une évidence artistique que bien peu d’artistes connaissent au cour d’une carrière. le final de « Girls Just Wanna Fave Fun » avec Puffy Ami Yumi est à l’image de l’original, coloré, fou et diablement communicatif.

Il y a parfois des moment de grâce dans une vie artistique et l’enregistrement à New York de « The Body Acoustic » en a été un. Accompagnée de ses talentueux musiciens, appuyée discrètement par des voix amies sur certains titres, Cyndi Lauper a prouvé au monde qu’elle était toujours d’actualité et que ceux qui continuaient à ne voir en elle qu’une gloire perdue des années 80 avaient de la merde dans les oreilles.

Une fois de plus, il y a ceux qui cèdent à la facilité en achetant des best of par nostalgie et paresse et ceux qui savent. Maintenant, vous faites partie de ceux qui savent, alors allez écouter pour juger sur pièce. Vous ne serez pas déçu(e)s du voyage, je vous le garantis.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s