jeremy enigk

 
 

Aujourd’hui songwriter de talent, Jeremy Enigk etait, dans les années quatre-vingt-dix, le leader d’un groupe de Seattle nommé Sunny Day Real Estate. Ce groupe connaitra un destin rocambolesque, Enigk quittant le navire après deux albums pour des questions religieuses, tandis que la section rythmique rejoindra Dave Grohl au sein des Foo Fighters. Puis Enigk reviendra dans le groupe pour deux autres albums, le dernier ne connaissant qu’une distribution limitée dûe à l’explosion en plein vol du label sur lequel avait signé Sunny Day Real Estate. Bref, le lot de pas mal de groupes d erock, mais quand même…

Finalement, en 1996, Jeremy Enigk décide de sortir son premier album solo. Un album surprenant quand on connait les aspirations progressives, voir emo-core de Sunny Day Real Estate. En lieu et place des guitares accérées et des envollées rock, Jeremy Enigk décide de nous balancer sa tristesse sur fond d’orchestre et de guitares acoustiques, délivrant ainsi un album de pop baroque dépressive de toute beauté.

Depuis, entre deux reformations de Sunny Day Real Estate, Jeremy Enigk continue son petit bonhomme de chemin en solo, sortant en 2006 l’excellent « Worl Waits », qui, enrobé d’orchestrations classiques, d’une batterie fabuleuse et de guitares aériennes, constitue une sorte d’Everest musical pour l’artiste. Baignant dans une ambiance magique, cet album prend tout de suite aux tripes avec l’intro de « A New Beginning », avant que la voix envoûtante d’Enigk (croisement entre celle de Tom MacRae et celle, plus suprenant, je le concède, du chanteur des Lovebugs) ne nous emporte sur « Been Here Before », épaulée par un orgue majestueux. Le reste de l’album ne déçoit pas, on dirait une collection de classiques, à l’image du titre éponyme et du titre final, le séminal « Burn », un crève-coeur déchirant qui saura dévaster les plus endurcis d’entre-vous.
Bref, si vous aimez les songwriters, que Joseph Arthur ou Matt Sharp ne vous sont pas complètement inconnus, que Jeff Buckley et Elliott Smith vous manquent quand même un peu, procurez-vous ce disque à n’importe que prix, votre hiver n’en sera que plus bouleversant de beauté.

http://www.pledgemusic.com/projects/jeremyenigk

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s