DEAD CAN DANCE

 

Le groupe Dead Can Dance se forme en 1981 en Australie, autour du guitariste et chanteur Brendan Perry, de la chanteuse Lisa Gerrard, de Paul Erikson et de Simon Monroe. L’année suivante, Brendan et Lisa partent pour Londres, laissant Paul Erikson et Simon Monroe en Australie. En 1984, Dead Can Dance sort son premier album éponyme sur le désormais mythique label 4AD. Le choc à l’écoute de ce disque est énorme. A l’image du premier titre, justement nommé « The Fatal Impact », Dead Can Dance propose une cold wave implacable et sophistiquée, parfaite pour accompagner les jeunesses de l’ombre durant cette décennie gouvernée par la pop toute puissante. Mais surtout, Lisa Gerrard, bien avant Sigur Ros, adopte une langue inconnue pour chanter, sa propre voix modulée au gré de la mélodie, l’expression du moment, l’expression de son moi immédiat, créant une litanie aux consonances divines. Adoptés par la communauté gothique qui se reconnait totalement dans ces dignes camarades de Cure, Joy Division et autres Bauhaus, Brendan et Lisa vont faire en sorte de ne pas se perdre dans une reconnaissance facile et rapidement rechercher le repli au coeur de leur musique. Le groupe participe également à deux titres sur l’album « It’ll End In Tears » de This Mortal Coil et enregistre un maxi intitulé « Garden Of The Arcane Delights ». Suit en 1985, le deuxième album « Spleen and Ideal » qui se place deuxième des charts indies britanniques. Trois ans plus tard, Dead Can Dance sort l’album « The Serpent’s Egg » et écrit la musique du film « El Nino de la Luna » de Agustin Villarongas, dans lequel Lisa Gerrard fait ses débuts en tant que comédienne. La formation signe l’album « Aion » en 1990 et tourne aux Etats-Unis pour la première fois. Trois ans après, Dead Can Dance signe la musique du film « Baraka » et sort l’album « Into The Labyrinth ». La tournée triomphale qui suit fait l’objet d’un album et d’une vidéo intitulée « Toward The Within ». En 1995, Lisa Gerrard sort son premier album solo: « The Mirror Pool ». L’année suivante, Dead Can Dance revient avec « Spiritchaser ». Cet album, consacré par la presse internationale comme l’aboutissement d’une carrière exemplaire, sera également le dernier du duo. En effet, de graves désacords, d’ordre musical, spirituel et intime, gangrènent le couple. Le 9 decembre 1998, Brendan Perry et Lisa Gerrard annoncent leur séparation via 4AD, leur label afin de se consacrer à leur carrière solo respectives. Deux best of sortiront coup sur coup, « Wake » en 2003, et « Memento » en 2005. Si chacun continue sous son propre nom, Lisa Gerrard semble se tourner plus volontiers vers le cinéma, composant et interprétant la musique de Whalerider » et participant activement à celle de « Gladiator », « Ali », « The Insider », entre autres projets. Elle collabore également en 2004 avec Patrick Cassidy sur l’album « Immortal Memory ». En 2005, Dead Can Dance s’est reformé pour une tournée, hélas de graves divergences d’esprit (en gros, Brendan ne comprend pas le travail actuel de Lisa) ont rendu impossible l’éventualité de l’enregistrement d’un nouvel album. A noter qu’un documentaire intitulé « Sanctuary », faisant la part belle à Lisa Gerrard est sortit en 2006.

http://www.deadcandance.com/main/

Publicités

Une réflexion sur “DEAD CAN DANCE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s