the young gods live à l’Ebullition de Bulle

En ce samedi pluvieux, les jeunes dieux retrouvent enfin la mythique salle de l’Ebullition après une décennie d’absence, inutile donc de dire que ce concert était attendu comme jamais.
Accompagnant mon amie Laurence, grande fan des Young Gods et de Noir Désir, nous arrivons en voiture et nous parquons à proximité de l’ancien cinéma reconvertit en salle de rock. Arrivés en avance, nous savourons une bière (même si ce n’est pas le terme adéquat, vu qu’on nous sert de la Cardinal) et finissons pas rentrer dans la salle pour assister à la première partie, une mise en musique du groupe Opak sur un moyen métrage. Il fait chaud, très chaud, l’ambiance musicale est glauque au possible et nous décidons de sortir prendre l’air quelques minutes avant de nous trancher les veines, ce qui serait quand même dommage, à quelques instants du paradis.
Dehors, nous croisons Bernard et Franz, ce dernier réconnaissant et saluant Laurence assise sur la marche de l’entrée. Pas de signe d’Alain, que l’on ne verra qu’une fois sur scène. Une anecdote sur Noir Désir plus tard, nous rentrons à nouveau pour attendre bien placé le début du concert.
La salle s’étant bien remplie, il fait encore plus chaud, nous convenons de laisser nos manteaux au vestiaire.
Sur scène, Alain teste son synthé, donnant quelques frissons au public, bientôt rejoint de Bernard, puis enfin Franz, salué tel le messie. Et le concert des grandes retrouvailles commence enfin.
Ce qui se passe ensuite relève du trip shamanique, durant près de deux heures, les Young Gods vont asséner un set assassin et proprement dévastateur, tous les classiques du groupe y passent, « Kissing The Sun », « L’Amourir », et « Lucidogen » inclus, ainsi que quelques inédits, dont le fabuleux « Secret », déjà disponible sur la compilation « XXY » qui célébrait l’année dernière les vingt ans du groupe. En grande forme, Franz motive ses troupes et éclaire à plusieurs reprises la foule grace à son pied de micro équipé d’un grosse lampe donnant sur le plafond le reste du temps.
Le groupe revient pour deux rappels tonitruants et nous quitte avec une valse, histoire de calmer les esprits et surtout les coeurs, chavirés de bonheur et au bord de la rupture cardiaque.
Le plus grand groupe suisse de tous les temps a triomphé ce soir, une fois de plus serais-je tenté de rajouter.
Publicités

Une réflexion sur “the young gods live à l’Ebullition de Bulle

  1. salut sa va? merci pour ton com! je le connai pa se groupe! il est encor inconnu au bataillon? lol alé ++ et continu ton blog il est bien comme sa!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s